Jacky Schwartzmann est le lauréat du Grand Prix du roman noir français

Au Festival International du Film Policier de Beaume – 6 avril 2018

Biographie (F)

À vingt ans, il a lu tout Arthur Rimbaud et connaît tout de NTM. Puis les petits boulots s’enchaînent, autant pour gagner sa vie que pour vivre la vie des travailleurs normaux. Éducateur, barman, libraire à Passages à Lyon, puis assistant logistique chez Alstom, expérience qui lui inspire son roman Mauvais Coûts, lauréat du prix de la Page 111 (La Fosse aux ours, 2016) – un parcours à la fois schizophrène et formateur. Demain c’est loin, paru  chez Seuil, dans la collection Cadre Noir est son troisième roman : électrique, violemment drôle et toujours aussi politiquement incorrect.

 

Dernière parution

Titre : Demain c’est loin
Collection : Seuil Éditions – Cadre Noir (septembre 2017)

« J’avais un nom de juif et une tête d’Arabe mais en fait j’étais normal. » Voici François Feldman, originaire de la cité des Buers à Lyon, plus tout à fait un gars des quartiers mais n’ayant jamais réussi non plus à se faire adopter des Lyonnais de souche, dont il ne partage ni les valeurs ni le compte épargne. Il est entre deux mondes, et ça le rend philosophe. Juliane, elle, c’est sa banquière. BCBG, rigide et totalement dénuée de sens de l’humour, lassée de renflouer le compte de François à coups de prêt. « Entre elle et moi, de sales petites bestioles ne cessaient de se reproduire et de pourrir notre relation, ces sales petites bêtes contre lesquelles nous ne sommes pas tous égaux : les agios. » Mais le rapport de force va s’inverser quand, un soir, François lui sauve la mise, un peu malgré lui, suite à un terrible accident. Et la banquière coincée flanquée du faux rebeu des cités de se retrouver dans une improbable cavale, à fuir à la fois la police et un caïd de banlieue qui a posé un contrat sur leurs têtes. Pour survivre, ils vont devoir laisser leurs préjugés au bord de la route, faire front commun. Et c’est loin d’être gagné.

Avec Demain c’est loin, Jacky Schwartzmann signe un polar sous haute tension, violemment drôle et d’une belle humanité.