Nouveau braquage spectaculaire à Bozar ! Le BOULEVARD DU POLAR récidive et place Bruxelles sur la carte des rendez-vous internationaux des Écritures Noires.

Son mobile : rendre hommage à un genre qui fait battre les cœurs et agite les neurones.

Le réseau : une quarantaines d’écrivains, scénaristes, illustrateurs, réalisateurs qui ont décidé de parler à visage découvert.

Son arme : la contestation, la dérision et une évasion redoutable. On sait que la Belgique possède son arsenal et tous les projecteurs sont dirigés sur Bruxelles véritable plateforme du trafic en tous genres !

Trente ans que Georges Simenon a largué les amarres mais jamais notre pays n’a cessé de faire couler un vivifiant sang d’encre. Boudé à ses débuts par l’intelligentsia, la littérature “de genre” a acquis grâce à lui, aussi, ses lettres de noblesses. Il ne fut pas le seul. La Belgique a, de tout temps, été remarquée par les plus grandes et les plus sérieuses maisons d’éditions de l’espace francophone européen. Avant que la Pléiade, n’ajoute à l’aura de cet immense écrivain, Stanislas-André Steeman, liégeois comme lui, avait été publié au Masque, la prestigieuse maison d’édition dont Agatha Christie était l’auteure vedette.

Aujourd’hui, les sondeurs de nos âmes, les observateurs minutieux de notre société, de ses blessures, de ses failles se nomment Barbara Abel, Patrick Delperdange, Geordy Couturiau chez nous. Mais le Polar, c’est aussi une communauté, faite de créateurs soucieux de justice sociale, soucieux de l’autre. Il est dès lors naturel que notre festival englobe plus largement le Polar dans les écritures noires qu’elles soient imprimées sur le papier ou sur les écrans petits et grands. Naturel aussi il ouvre grand sa porte au monde entier francophone et polyglotte.

Cette édition est une nouvelle occasion de rencontrer ses narrateurs aux voix aussi personnelles que variées qui vont du rire au larme, de la tragédie à la comédie. Le monde est plein de bruit et de fureur, Nadine Monfils et Patrick Raynal en parrainant le Boulevard du Polar, donnent le ton, Raynal qui affirme que « seul le polar donne l’éclairage juste et précis d’une époque de plus en plus noire».

Nous sommes particulièrement heureux d’accueillir de grandes voies de la littérature. Beaucoup sont des auteur(e)s confirmé(e)s, d’autres sont quelques coups de cœurs parmi une jeune génération de chez nous et d’ailleurs.

La littérature et le cinéma, une complicité de toujours que nous ne pouvions ignorer. Cette année encore, le BIFFF et le BOULEVARD DU POLAR tissent des liens forts au travers d’un focus nordique. Le NORDIC DAY mettra en présence trois écrivaines suédoises et l’industrie du cinéma.

© Boulevard du Polar est une marque déposée.