Amateurs de frissons, à vos agendas!

Deux jours pour vous mettre du noir plein les yeux, le nez et les oreilles. De la page à l’écran, le mauvais genre, c’est du lourd!

Le délit

Après la Série Pilote en 2016, voici le Festival Saison 1 !

Du vendredi 16 au dimanche 18 juin 2017.

Une marraine, un parrain, c’est pour la vie

Le duo d’experts franco-belge parraine l’opération, Nadine Monfils & Patrick Raynal.

                                             Jean-Bernard Pouy (Auteur) nous parle de Nadine et Patrick …

Nadine Monfils est en même temps belge, écrivaine, cinéaste et parisienne, ce qui en dit long sur son état mental. Nadine a un chien qui passe son temps à vous montrer son trou du cul, ce qui en dit long sur ses romans tapés des neurones pleins de mémés, de pépés, de rades pourris, de glauques estaminets, de nanas à tomber et de trucs à ne pas mettre entre deux aiguilles à tricoter. Bref, de la tendresse en barres de huit, et de la perversité en sachets de douze. Cerise sur la carbonnade, elle a inspiré une chanson à Chuck Berry.

Il faut préciser que la première fois, il y a longtemps déjà, que j’ai vu Patrick Raynal, dit « Le Gros » ou plutôt, selon ses désirs, « Monsieur Gros », il m’a, sortant de la douche, montré ses génitoires. Ce qui crée des liens. Patrick Raynal est mon ami. Il m’est donc difficile de dire du bien de ses romans. Il aime les motos maoïstes. Pas moi. Il parle parfaitement le hard ricain et, même, il le traduit. Pas moi. Nous apprécions, sans modération, les mêmes substances illicites. Moi, je préfère le vin blanc. Pas lui, car la goutte fait déborder le naze.

 

Nos amis publics n°1                                              

thumb-cayre

           

          La Daronne Hannelore Cayre

                                &

        L’Ami Américain Todd Robinson

 

Le lieu du crime

Le lieu dit « L’Atelier Coppens »

Le mobile

Rendre hommage à un genre qui fait battre les cœurs et agite les neurones.

Un livre écrit sur quatre est un polar. Un genre qui n’a cessé de croitre en notoriété et popularité. La faute à de talentueux artistes, auteurs, romanciers, cinéastes, scénaristes et illustrateurs. Littérature et cinéma regorgent de ces histoires ancrées dans le monde réel, des histoires qui nous tendent un miroir sans fard. Le Polar: romans et film noirs, se nourrissent de l’observation minutieuse de nos sociétés, véhiculant un discours critique voire contestataire. Le polar scrute nos comportements, nos instincts, nos faiblesses, nos âmes. Il a engendré les chevaliers modernes, pourfendeurs du mal, pétris d’humanisme, de compassion et fragiles comme nous le sommes, nous mortels!
Boudée à ses débuts par l’intelligentsia, la littérature “de genre” a acquis ses lettres de noblesse.
La Bande Dessinée, les séries télé ne sont pas en reste. La première nourrit d’ailleurs elle aussi l’écran et réciproquement. Le polar nous transforme en enquêteurs et la mort n’y est heureusement pas pour de vrai!
La Belgique est une terre d’accueil, métissée, vivante. Sa capitale est un espace où la créativité se lit sur et derrière ses briques. Nos invités nous les aimons parce qu’ils aiment la vie, se préoccupent du sort de l’humanité, s’engagent contre l’intolérance et sont tellement à l’écoute du monde.

© Boulevard du Polar est une marque déposée.